Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 11:08

  Crónicas birmanas

 

 

J'ai emprunté ce livre à l'une des bibliothèques de Madrid. Je déteste emprunter des livres aux bibliothèques. Je suis une sorte de peste matérialiste qui adore garder à vie ses bouquins, les chouchouter, leur préparer des ratatouilles confites, leur chanter des chansons de Calamaro, leur offrir des boîtes de pyrénéens (et pas qu'à Noël, non non) ,...

 

Mais bon disons que face à un budget-bouquin inexistant (euphémisme de " grosse dèche"), le coeur en peine, je me suis rendue à la bibliothèque, où on m'a fait une carte en 1 minute et 12 secondes. Là-bas les gens m'ont regardé méchant car ma progéniture s'était brutalement transformée en sorte de Chucky la poupée sanguinaire, et elle courait comme un rottweiller enragé entre les rayons de la bibliothèque, avec des gens qui faisait "chuuuutt" de leur regard noir, genre regard Charles Manson. Face à la menace, je me suis transformée en Flèche des Indestructibles pour choisir deux livres à l'arrache dont "Cronicas Birmanas" qu'il n'y a pas besoin d'avoir fait espagnol LV2 pour savoir ce que ça veut dire.

 

Re-voici donc Guy Delisle, qui après ses bd-carnets de voyage à "Pyongyang" et "Shenzhen", réitère avec "Chroniques Birmanes". Cette fois-ci il n'y est pas envoyé en tant que superviseur de studios d'animation sinon qu'il accompagne sa conjointe qui travaille pour MSF (médecins sans frontières) envoyée en mission dans ce pays qu'on appelle plus Birmanie, mais Myanmar depuis 1989. Autre changement pour Guy Delisle mis à part qu’il ne part pas en tant que professionnel, il est désormais papa de Louis un tout petit bonhomme, un bébé quoi.

 

Donc encore une destination où le surréalisme règne. Encore une destination où la population vit anémiée par la junte militaire, une population prise en otage de la folie de plusieurs généraux militaires qui se livrent une lutte interne pour s'asseoir en solo sur le pouvoir, depuis que le Dictateur Ne Win ait été assigné à résidence en 1988 après avoir dirigé d'une main de fer le pays depuis le coup d'état militaire de 1962. Mais voilà c'est la même merde depuis, avec un semblant de relâchement en 1990, une mascarade de semblant de relâchement, où sont autorisées des élections libres remportées à plus de 80% (80%!!!!!!!!) par le NLD (national league for democracy), le parti de la si tristement célèbre Aung San Suu Kyi, celle qui a sa tête en photo (entre autre) sur des t-shirt de Jane Birkin. Bien évidemment ces élections seront ignorées, et la suite on la sait c'est cette frêle mais courageuse femme résignée, mais assignée (elle aussi) à résidence et donc condamnée au silence. 

 

Cette bd est plus dense que les précédentes, parce que l'expérience de Guy Delisle s'étale je crois sur un an, ce qui fait qu'il a beaucoup à dire, des choses insignifiantes, et des choses terrifiantes aussi sur ce pays. Certes on pourra reprocher à Guy Delisle d'être un peu léger parfois, mais rien que d'effleurer du doigt (du crayon en ce qui le concerne) le pire, le suggérer, c'est nous rappeler que la Birmanie est aussi et encore un endroit hostile à la liberté et aux droits même fondamentaux de l'homme. Je suis aussi sensible à son humour, assez minimaliste je te l'accorde, mais moi il me fait bien marré. Je suis assez bon public, j'admets, mais mon humour s'arrête quand même quand Jean-Marie Bigard ouvre la bouche. Voilà pour t'indiquer les limites de ma sensibilité humoristique, bon la blague de la chauve-souris m'a un peu fait ricaner quand même. Un peu... Un tout petit peu...

 

Bon bref encore une très bonne BD.

 

Mais je ne vais pas te lâcher comme çà, tant qu’on en est dans les dictatures, je vais te secouer ta partie émotive. A deux pas du début du mondial de foot, je voulais juste te signifier mon indignation quand au FC de Barcelona, le Barça quoi, qui a fait des affaires plus que juteuses avec Gulnara Karimova la fille de son dictateur de papa, le président de l'Ouzbékistan, qui est certainement une tyrannie qui n'a rien à envier à la Birmanie et à la Corée du Nord. Mais avec la différence que l'on sait que l'esclavagisme des enfants en Ouzbékistan est une pratique commune, dans les champs de cotons notamment, la torture y est systématique, et pour te donner une idée (désolée si tu es en train de manger)  l'ex ambassadeur britannique avait exigé l'autopsie de deux victimes du régime, autopsie qui avait conclue que les deux victimes avaient été bouillies vivantes (bouillies oui monsieur). Au sujet du Barça, l'ex ambassadeur rajoute " Je suis horrifiée c'est comme si ils s'étaient associés à Adolph Hitler..". Voilà c'était un petit coup de gueule pré-mondial de football que je ne trouve pas hors-sujet, je pense d'ailleurs que si Guy Delisle est envoyé par hasard en Ouzbékistan en tant que superviseur de studio d'animation, il va pouvoir nous ramener une bd-carnet de voyage croustillant aussi. Tristement croustillant.

   

Je vais quand même te laisser mon cher lecteur de l’ombre sur une note plus humoristique et plus légère, avec la grande et immense Leslie Plée qui a des petits soucis avec son chat (par ici) (hihihi). J'ai eu un chat fils de p... comme çà, son plaisir maximum c'était de faire comme si il était content des caresses qu'on lui faisait, et soudain sans que tu t'y attendes il te saquait la main (au mieux) et fuyait telle une ombre (il s'appelait "Shadow" pas pour rien). Au loin on entendait son ricanement maléfique qui ressemblait à un truc genre entre Dracula et Dr Mad (mais en crédible)...

 

Ci-joint une vidéo de chat fils de p... qui n’est pas mon défunt chat, car lui avant de mourir il a brûlé toutes les vidéos et photos le concernant en même temps que mes cassettes VHS de Beverly Hills.

 

 

PS/ bordel de bordel, je m'étais promis de faire court cette fois...

Partager cet article

Repost 0
Published by mescontemplationsetdigressions@gmail.com - dans BD
commenter cet article

commentaires

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc