Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:41

 

Snapshot_20121111_4.jpg

(j'espère que t'as fait LV2 Lecture en verlan)

 

Je t'écris à la lumière des bougies, c'est beau, c'est apaisant, ça fait aussi un peu film érotique des années 70, enfin vraiment que les bougies... Le sèche linge fait son boulot de sèche linge en grinçant un peu du tambour, plus loin ronronne la machine à laver qui se charge des vêtements tâchés de vomis, de compote industrielle, de kinder, de pâte à modeler, et puis... pas d'autres bruits, rien, le silence. Un calme bien relatif en terme de durée, car la petite famille est juste partie faire des courses, et l'averse menace, mais je saisis ces quelques minutes de répit pour te causer enfin d'une BD. Le silence est devenu pour moi une denrée dont la date de péremption est immédiate, une denrée que je sais apprécier, savourer, je n'avais jamais autant donné d'importance au silence, mais je dois dire qu'il est devenu mon pote, et ce même s'il ne vient pas souvent me visiter.  Alors ces bougies, c'est pour toi mon pote le silence, sois le bienvenu.

 

Guy Delisle et moi, maintenant c'est une longue histoire.  Je l'ai découvert avec Shenzen (hop par ici), où il partait à la fin des années 90 superviser un studio de dessin animé dans une Chine qui n'avait pas encore le visage qu'elle a maintenant. Puis son travail l'envoie à nouveau vers une destination aux antipodes de Punta Cana, Pyongyang (et hop par là), enfin il poursuit ses "carnets de voyage" avec "Chroniques Birmanes" (c'est ici) autre destination qui déboite de totalitarisme où là il accompagne sa femme qui bosse comme médecin chez MSF.

Dans cette BD le revoilà désormais avec ses deux enfants à Jérusalem, où la mission de sa femme se concentre principalement à Gaza, et donc le voici spectateur de l'improbable processus de paix entre Israël et Palestine. 

Guy Delisle va tout crayonner: le mur de séparation, les check points, les colons, les expulsions, les embouteillages, la cohabitation, l'incommunication,  les communautés religieuses et leurs paradoxes, Ramallah, Gaza, Hébron, les oliviers, l'association Breaking the Silence, les autres ONG, les ultra orthodoxes, les samaritains, l'opération Plomb Durci qui se soldera par ce résultat:

 

2012-11-10-18.52.26.jpg

 

Comme à son habitude, Guy Delisle excelle dans sa manière très habile de démontrer avec un humour subtile l'absurdité, la cruauté, la complexité, le paradoxe, le surréalisme de beaucoup d'aspects du conflit israelo-palestinien, et ce avec beaucoup d'impartialité. C'est à la fois drôle et tragique, amer et bienveillant, et je crois que cette BD est franchement très instructive pour qui méconnaît réellement la problématique, c'est à dire je pense à peu près tout le monde, (on opine beaucoup, mais pas toujours avec du fond, si je ne m'abuse), et cette BD de 334 pages permet de donner des faisceaux de réalité (oui c'est un peu pourri le terme "faisceaux de réalité", j'assume). 

Cet album a gagné le prix du meilleur album au festival de BD d'Angoulême, et je veux dire c'est plus que amplement mérité.  

 

Je t'invite vraiment à lire les posts que j'avais fait sur cet auteur, car Guy Delisle le vaut bien:

*Shenzen

*PyongYang  

*Chroniques Birmanes 

 

J'ai aussi lu "Comment ne rien faire", malgré son titre fort appétissant, j'ai quand même préféré les 4 autres.

 

Et le fin mot de l'histoire je le réserve à Guy Delisle:

 

  2012-11-10-18.48.34.jpg

 

Bien à toi my dear lecteur de l'ombre. 

 

PS: j'ai coincé ma fille devant le film le plus abruti de l'histoire de Disney "Les chihuahuas à Beverly Hills", film qu'ELLE a choisi à mon grand désespoir (Paris Hilton rules), je lui ai aussi gavé ses petites mains de bonbons, et c'est ainsi que votre humble serviteuse a pu terminer ce billet (=border mère indigne). Je crois que j'ai commis une erreur fatale, elle adore ce film... Moi quand j'étais petite j'aimais bien les films avec des bergers allemands malins, voir avec des Saint Bernard patauds, mais ma fille aime les chiens manucurés qui répondent au prénom de Chloé. Sniff.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article

commentaires

Stéphanie 15/11/2012 20:09


Ah j'ai tellement tellement aimé cette lecture, plus encore que les ouvrages précédents ! Je trouve quelque chose de "japonais" dans ses BD, un côté contemplatif trompeur et puis comme tu dis,
quelque chose de"drôle et tragique, amer et bienveillant"... J'aimerais ne pas l'avoir encore lu pour pouvoir le découvrir encore, mais ça, c'est un autre problème ! Bonne fin de semaine !

Solenn ou Amber et des fois Josiane 16/11/2012 11:12







Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc