Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 12:43

 

 

 

2012-04-22 19.12.36

Voici un bouquin dont j'attendais sa version poche très fébrilement, un peu comme chaque nouvel épisode de Big Bang Theory (je t'envoie du bonheur de son by Leonard par ).  Je te racontais que quand je l'ai vu en librairie, j'ai même failli danser le jerk ou le mambo number five de joie, seulement mon corps n'a pas cédé à cet appel de la félicité par la danse (et la honte aussi peut-être).

 

Je voulais en savoir plus sur ces femmes qui sont passées pourtant très souvent inaperçues dans la barbarie des dictatures à la pelle qu'on a pu se coltiner au 20°S, car si pour la plupart leur présence était assez tacite voir étouffée, dans la réalité il en fut autrement. Voici un livre qui dresse le CV amoureux des hommes qui ont fait sombrer l'histoire dans la folie: Mussolini, Hitler, Ceaucescu, Mao, Staline, Bokassa et Salazar. On aurait tendance trop facilement à croire que dans ces personnages il n' y a pas de possibilité de coeur qui bat pour une femme (voir des femmes, car on a aussi du potentiel de horny lapin dans certains de ces hommes), mais ce bouquin te démontre le contraire, et accessoirement renvoie à la part de responsabilité de ces femmes dans l'horreur totalitaire du 20°S.

 

"En politique, il faut avoir l'appui des femmes; les hommes vous suivent tout seuls" Adolf Hitler.

Voilà un dictateur qui a compris qu'il nécessite l'appui de l'électorat féminin. Mais voilà Adolf Hitler c'est un peu l'antithèse de Brad Pitt, on est bien d'accord, disons qu'il peut pas tout miser sur son physique, il doit jouer avec quelque chose de beaucoup plus impalpable qui est aussi un des ingrédients fondamentaux de la séduction: le charisme, et il va savoir l'utiliser ce charisme. Hitler, c'est le Julio Iglesias de la "dream team" des dictateurs, non pas qu'il passe à l'action comme l'ibérique sangre caliente qu'est Julio, mais il a une quantité d'admiratrices telle qu'il a reçu "plus de lettres de fans que Mick Jagger et les Beatles réunis", anecdote corroborant que "l'amour est aveugle", à défaut d'être dans le pré (oui je sais c'est nul). Non le "consommateur" c'est Mussolini et ses yeux "phosphorescents", Benito qui se vante de pouvoir "aimer" physiquement jusqu'à 14 femmes par jour, faisant passer Berlusconi pour un moine ayant fait voeu de chasteté. En parlant d'"amour est aveugle" pour certains dictateurs il faut même avoir faim, voir très faim, ainsi l'auteur rapporte des anecdotes "glamour" au sujet de Mao "... partager la couche du grand Mao! il fallait pourtant avoir le coeur bien accroché. En effet le président était peu soucieux de son hygiène corporelle. Il ne se brossait jamais les dents, se contentant de se rincer la bouche avec du thé le matin, mâchant les feuilles après avoir bu le liquide. Il avait résisté à tous ceux qui voulaient le faire examiner par un dentiste. Peng Dehuai, cadre du parti et ancien ministre de la défense, nous donne l'ampleur des dégâts: " on dirait que les dents du président sont recouvertes d'une couche de peinture verte"." Miam, miam...

 

Dans ce bouquin on découvre le profil psychologique de ces femmes qui sont toutes différentes, si certaines tendent à un comportement masochiste en mode syndrome de Stockholm, d'autres sont beaucoup plus indépendantes et politisées comme c'est le cas de Jian Qing (Mao) ou  d'Elena Ceaucescu qui dépassera l'idéologue qu'est son mari. Leur point commun à toutes est que leur fidélité et dévotion à la cause de leur amoureux les conduira jusqu'à la mort.

 

Ancienne élève de la Sorbonne et de l'Ecole normale supérieure, Diane Ducret écrit pour des films documentaires culturels, elle a également animé des émissions TV dédiées à l'histoire. Elle peut quand même se vanter d'avoir son bouquin de traduit en 18 langues, et vient de publier un deuxième tome sorti en février 2012 "Femmes de dictateur 2" aux éditions Perrin, mais promet de ne pas faire comme pour Police Academy et aller jusqu'au tome 12 (ou peut-être un peu moins), et s'en tiendra seulement à ses deux tomes. Celui-ci aborde le background sentimental de dictateurs beaucoup plus contemporains comme Sadam Hussein, Castro, Milosevic entre autres.

 

Sinon je voulais rajouter que Diane Ducret est un peu l'OVNI chez les historiens, car on peut vraiment dire que c'est une bonasse, j'ai comme cliché certainement extrêmement exagéré (et donc parfaitement contestable) que les historiens ont très souvent de la moustache (les femmes aussi), des lunettes qui tombent sur le bout du nez, et un discours parfois soporifique, quand là on a affaire à une femme au débit clair, aussi très intelligente, canon, et encore canon.  

(ci-dessous page arrachée de mon Elle)

 

 2012-04-22-19.13.08.jpg

 

(je l'ai vu dernièrement dans une interview TV et comme je suis aussi une superficielle de pétasse qui perd du temps sur les blogs mode-beauté, je voulais relever qu'elle arborait maintenant un joli carré mi long-ombré à la Daphnée Bürki qui lui va à ravir... mais oui je sais on s'en fout complètement).

 

 

Sinon, ben oui il est très chouette ce bouquin.

 

Bien à toi, for ever and ever, mon très cher lecteur de l'ombre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans Biographie et auto-biographies
commenter cet article

commentaires

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc