Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 09:24

  2011-10-07-12.59.43.jpg

(J'ai calé le livre entre les cuisses de la barbie de ma fille, c'est ce qu'on appelle faire une introduction avec le sujet:Jayne Mansfield= une sorte de Barbie (enfin une barbie qui aurait mal tourné). Sinon je lui ai dessiné un maillot de bain à barbie car on frisait l'indécence avec ce grand écart facial. Sinon encore je lui ai dessiné des poils niveau aisselles-maillot pour qu'on sache une fois pour toutes que Barbie est une fausse blonde, et surtout parce que j'ai 7 ans et demi d'âge mental (j'ai failli lui faire un duvet entre les deux yeux aussi))

 

Jayne Mansfield.

 

C'est elle.

 

 

Sex symbol des années 50, elle rêvait de ravir la vedette à Marylin Monroe, mais en fait elle avait beaucoup plus la grâce et la classe d'une Anna Nicole Smith que d'une Dita Von Teese par exemple. Piètre actrice, elle passait de navets en navets, et  monnayait ses prestations artistiques (strip tease + chansonnette) pour la bagatelle de 9780$ la soirée. Mère de cinq enfants et de genre 5000 chihuahuas (plus ou moins), elle menait une vie de patachon comme dirait ta grand-mère et commençait ses journées au whisky (un petit déjeuner pas du tout l'ami Ricorée tu en conviendras). Elle carburait également au "champagne américain, LSD et les cachets Bleu et Blanc de Dexedrine", tu rajoutes à ce petit cocktail santé, des relations conjugales tumultueuses et un vif intérêt pour le satanisme (le satanisme était dans les années 60 le yoga de maintenant) (ou presque), enfin en somme Jayne Mansfield réunissait tous les critères de la machine à scandale, que même Lindsey Lohan et Britney Spears en goguette font figure d'oies blanches à côté.

 

Du coup tu t'attends à une biographie gratinée, non ?

Et bien pas du tout, ceci n'est pas une biographie, il s'agit seulement des derniers instants de vie de Jayne Mansfield, les dernières heures, les derniers jours puis les deux dernières années (1966-1967)...

Du coup j'ai été un peu surprise de la structure et du fond du bouquin, d'un de ceux que j'avais pourtant mis tout en haut de ma wishing list de la rentrée littéraire. Je suis encore un peu passée à côté, m'enfin ça reste quand même du Simon Liberati (dont je t'ai causé ici), et du coup je lui pardonne de m'être trompée... J'ai un petit bémol en plus c'est que je me suis sacrément perdue entre les milliers de noms, dates et faits, mais bon je ne vais pas lui en tenir rigueur car Simon Liberati a quand même suffisamment de crédit en tant que très bon écrivain pour ne pas lui mettre des parpaings*, de ma très maigre légitimité de blogueuse à mettre des parpaings* à des auteurs, surtout que quand même ça m'a plu. 

 

*(petite parenthèse vocabulaire: mettre des parpaings= avoiner, critiquer fortement, pourrir sa face, ne pas apprécier)

 

C'est un livre qui a commencé à partir d'une photo terrible, celle d'un accident, une voiture broyée, une Buick pour être précise (ce qui est vachement plus classe qu'une Kangoo), une photo que se trimballe l'auteur Simon Liberati depuis ses 20 ans, celle du destin scellé de Jayne Mansfield qui termine décapitée dans cet accident sur une route de Louisiane, "aux basses heures de la nuit".

 

C'est un roman de la décadence, de l'american dream version bad trip (j'avais écris Brad Pitt je suis à moitié dyslexique moi), du rêve de gloire fracassé à la racine par cette nécessité malsaine de briller coûte que coûte, à n'importe quel prix, et de se prendre les pieds dans son destin, jusqu'au jour fatal de l'accident, sur cette route de Louisiane où j'imagine le croassement sonore des grenouilles dans les marécages, des apéricubes pour les crocodiles.

Pour  celle dont le mot favori était crescendo, et qui déclarait "I believe in flashy entrances" elle aura été fidèle jusqu'à la fin à son credo.

 

Bien à toi mon très, très cher lecteur de l'ombre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans Littérature française
commenter cet article

commentaires

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc