Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 10:05

  9782266194600.gifPeut-on mourir et renaître deux fois ?

 

Je suis du côté des Darwinistes, disons que j'accorde plus de crédit à Harry Potter qu'à Dieu si on compte sur des miracles ou autres (c'est dire), donc à priori, ben non, pour moi c'est pas possible. Physiquement impossible. Mais pourtant c'est la trame de ce livre (sans dimension paranormale je te rassure, sinon je serais même pas là en train de t'en parler).

 

Ben Bradford a réussi sa vie : avocat de poids à Wall Street avec un avenir extrêmement prometteur, il possède en banlieue de New York une maison que c'est comme les maisons que t'étais dégoûté de la vie quand tu les voyais dans Beverly Hills, mettons comme celle des Walsh. Il a une femme, 2 garçons, le petit dernier a quelque problème d'insomnie, mais peut-on franchement reprocher cela à un presque nouveau-né. La photo de famille semble parfaite, mais le vernis commence à craquer: d'un côté sa femme se fait de plus en distante et froide, et de l'autre Ben soupire en regardant ses rêves d'avant, sa carrière de photographe mise entre parenthèses. Ben n'est pas heureux, il subit une vie qu'il n'a pas voulu, il a choisi le confort et la sécurité, l'instinct de sauvegarde en somme, à l'assouvissement de la passion et donc à vivre sa vie. 

Le destin va lui donner l'opportunité d'être l'homme qu'il est vraiment, certes de manière un peu soudaine et tragique et non pas sans de cruelles conséquences, mais le destin va lui donner un sacré coup de main. Comment ? et bien c'est presque simple: il va découvrir que sa femme a un amant, ce qui de toute évidence ne va pas le réjouir, du coup il va pour discuter un peu avec l'amant, mais la conversation tourne mal et il lui assène dans un accès de colère un coup de bouteille de vin blanc (pour être précis un fantastique vin blanc néo-zélandais), il le tue. Faire disparaître le corps et disparaître est la seule issue possible, s'il ne veut pas croupir en prison...

 

Je ne vais pas t'en dire plus, car sinon c'est du spoilage, je peux juste te dire que c'est une échappée à travers une partie des USA où il se prête d'autres identités, d'autres vies. Malgré certaines petites incohérences, qui n'ont pas échappées à mon oeil implacable d'agent moyennement secret du FBI, j'ai trouvé le scénario bien mené et agréable. C'est facile et efficace, tu peux le lire dans ton bain ou à la plage, ou dans un TGV gavé de gosses chiants, tu resteras concentré, tout ce qu'on espère encore de Douglas Kennedy en somme, sans ironie aucune. Le livre est malin et le réalisateur Eric Lartigau a eu l'idée d'en faire un film avec Romain Duris comme acteur principal qui est sorti en novembre 2010. Il l'a adapté à la sauce Française et au lieu que le protagoniste se réfugie dans le Montana, ce sera dans le Montenegro, que je ne vois pas trop le rapport mais je suis d'accord que pour des raisons de cohérence d'adaptation du livre il fallait mieux que le Ben français se réfugie dans le Montenegro qu'à Megève ou La Grande Motte.

Voici le trailer du film:

 

 

(Romain Duris, ou la moquette pectorale la plus émouvante du cinéma français)

 

Ce best-seller sorti en France en 1998 chez Belfond (son éditeur) a été un succès international, traduit je crois en 16 langues. Le film d'Eric Lartigau l'a de nouveau pulvérisé en tête des ventes des livres de poche. Je lis de manière très sporadique Douglas Kennedy, le dernier que j'ai lu "La femme du Vème" ne m'a pas du tout mais alors pas du tout plu, et l'autre ne m'a laissé aucun souvenir, et les autres si il y en eu d'autres m'ont fait le même effet que le précédent. Néanmoins je trouve l'auteur sympathique (comme si c'était suffisant, mais c'est là où ma gentillesse peut être une grande faiblesse) et donc j'ai assez envie de lire ses premiers bouquins publiés, qui furent des récits de voyage, genre "Au delà des pyramides" et surtout "Au pays de Dieu" qui est un voyage dans les états du sud des US, la ceinture de la Bible, ou un voyage intrusif chez les fondamentalistes chrétiens. 

 

 

Je te laisse, non pas parce que j'ai piscine, sinon parce que j'ai plus rien à rajouter.

 

Bien à toi, mon très cher lecteur de l'ombre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by solenn ou amber - dans Littérature nord-américaine
commenter cet article

commentaires

Stéphanie 15/11/2012 20:38


Je suis très bonne cliente de Douglas Kennedy mais depuis "La femme du Vème", heu... Je ne tiens plus exactement le même discours ! Je crois me rappeler avoir sauté des pages, c'est dire...


Tiens, en fait, je devrais relire ceux d'avant...

Solenn ou Amber et des fois Josiane 16/11/2012 11:16



Oui pour moi aussi grosse déception, je me suis dit "Marc Levy sort de ce corps", car ce dernier auteur a très souvent le mauvais goût de te coller du paranormal, et ça ça me saoule beaucoup,
beaucoup, bref pas du tout aimé celui, là. Et donc ce qui est pire c'est que j'ai même pas lu d'autres de ses livres après. Je devrais quand même y retourner, c'est certainement pas très juste de
ma part.



Céline Joos 20/06/2011 19:10



Ce qu'il faut vraiment lire de Douglas Kennedy , c'est "Cul-de-sac". Polar haletant qui se passe en Australie.


P.s : Ca fait toujours du bien d'aller sur votre blog.



Solenn ou Amber et des fois Josiane 21/06/2011 10:55



Je prends note pour "Cul-de-sac". PS:Merci pour ce si gentil compliment. Merci beaucoup!



Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc