Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 15:50

Je suis tel un galérien à me dépatouiller l'inspiration à t'écrire depuis mon cerveau atrophié par le manque de sommeil (fuck off mes gènes de marmotte qui ne survit qu'avec 7 heures de sommeil minimum) (ou comment je déteste les gens qui disent "moi je n'ai besoin que de 3 petites heures de sommeil") (genre comme si c'était humain/putain de martiens va).

 

Bon revenons-en à notre bouquin, car là on n'est pas dans la déconnade les gars, du tout...

 

 "Le ciel est bas et lourd, comme souvent ici, mais cela n'altère en rien la splendeur du paysage: le spleen sied à Vancouver. Ciel liquide, océan, forêt, cité... Tout se confond, tout est noyé".

 

Noyé. Noyée comme la vérité, celle que l'on veut rendre muette, car on est à l'aube des JO de février 2010  et la ville de Vancouver a décidé de montrer son plus beau plumage, mais c'est sans compter sur son ramage (adaptation free style border line de La Fontaine), et l'horreur du sillage d'un serial killer, le plus redoutable auquel aient pu se confronter les autorités canadiennes et qui viendrait sérieusement ternir l'image d'une ville sur laquelle tous les regards vont être tournés.

 

Le quartier de Downtown Eastside est le plus pauvre du Canada, un quartier qui détient de tristes records en terme de séropositivité et toxicomanie. Voilà plus de 10 ans que disparaissent dans ce quartier des putes, des junkies, des indiennes, des destins de femmes qui n'intéressent personne et surtout pas la police, selon elle "ces filles ont tout simplement cessé d'être là". Dans ce quartier où racisme, violence et misère sont le lot quotidien, la terre semble les avoir avalées.

Il va falloir l'énergie d'un amoureux désespéré pour faire jaillir la vérité, un ancien client en rédemption, Wayne Leng, lui il recherche sa Sarah. Sarah de Vries est la voix qui s'élève au dessus de toutes et c'est aussi grâce/à cause de sa mémoire qu'arrivera la sinistre et atroce réalité du sort de ces disparues. Plus tard, et trop tard, on arrêtera en 2002 un serial killer à qui l'on impute le meurtre d'au moins 69 femmes, pourtant le maire et les services de police sont en possession de preuves accablantes depuis 1998, mais il faudra 4 ans (et combien de femmes sacrifiées en plus...) pour que les autorités passent enfin à l'action.

 

 Ce livre est sorti chez Grasset en 2010, délibérément la même année que les JO, l'auteur qui a vécu un temps au Canada  confie: "J'ai horreur du sport, et de l'hypocrisie. J'aime gâcher la fête en général», mais la vérité c'est qu'elle a voulu réparer cette injustice criminelle, et également condamner l'inaction sournoise et donc complice des services de police et autorités de Vancouver. Elise Fontenaille a désiré donner une voix à ces disparues, leur rendre hommage, la part de fiction quant à elle est extrêmement maigre « Le taux d’invention est de 0,1 % et il ne porte que sur des détails insignifiants ». Les faits sont exacts et dépassent l'imagination, un récit poignant, et émouvant où les détails scabreux ne nous sont pas épargnés, et qui va au delà de cette affaire atroce, car il est aussi le révélateur d'une société fracturée, potentiellement raciste. En effet l'auteur voit dans dans ces crimes un parallèle avec l'ambiance d'apartheid envers les natifs, comme une prolongation du génocide des blancs canadiens sur les indiens au 19°Siècle.

 

 "Les Disparues de Vancouver" fait aussi écho à un livre de photos réalisées par Lincoln Clarkes, inspiré par les filles du Downtown Eastside et qui les a photographié « comme si elles devaient faire la Une de Vogue, comme si chacune était Sharon Stone ».

 P1224949D1260129G_apx_470_.jpg

   

Bon on ne va pas tourner autour du pot, je te recommande vivement la lecture de ce bouquin qui vient de sortir en livre de poche, un livre qui se lit en rien du tout comme temps, genre la moitié d'un épisode de Top Chef, tu vois. 

 

Bien à toi mon très cher lecteur de l'ombre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans Littérature française
commenter cet article

commentaires

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc