Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 09:31

2011-11-28-14.39.24.jpg

 

Avant tout, mon très cher lecteur de l'ombre: mille excuses, mais il y aura peut-être du laisser-aller dans les longues semaines à venir car mis à part la grosse fatigue de fin de gestation, je me tape crève sur crève, et je veux dire je fais peur à voir, disons que c'est Halloween tous les jours dans mon miroir, on dirait que je suis un vieux junkie en mode pavot et whisky... 

 

Ah ben tiens en parlant de Jack Daniel's et de pavot (chimiquement modifié), en voilà une belle de transition (hum hum) pour parler d'une légende vivante: j'ai nommé le guitariste des Stones, celui qui souligne son regard au khôl, et porte de la bagouze à tête de mort: Keith Richards.

Il pose sur  la couverture pour un photographe que j'aime beaucoup David Lachapelle, le regard haut et vif, qui laisse présager une mémoire d'éléphant ce qui est bien incroyable quand on tient compte de son passé et d'un actif disons pas des plus "rooibos et yoga", d'ailleurs au sujet de son livre il dit: "Vous savez quoi, je me souviens de tout." Et il se souvient de tout. 

 

Et c'est aux confins de sa vie qu'on remonte,  le 18 décembre 1943, et ce ben oui jusqu'à presque maintenant. Une vie qu'il nous partage, pas franchement non plus une autobiographie car ce bouquin a été écrit à 4 mains avec l'écrivain Britannique James Fox, ce qui en fait presque plus une biographie autorisée qu'une franche autobiographie. Qu'importe l'info est là, et c'est un pavé de 721 pages de confessions touchantes, drôles, sincères, cash, impudiques sans avoir la vulgarité de tomber dans l'exhibitionnisme, on rafle quelques ragots au passage, mais on reste définitivement dans une bio de musicien, de fou de musique, ce qui peut parfois être déstabilisant pour qui n'a pas fait une thèse sur les Stones et leur multi références musicales, à savoir  beaucoup de blues mais aussi du jazz "Là est le grand secret . Le rock'n'roll, ce n'est rien d'autre que du jazz avec une base rythmique féroce."

 

Moi ma préférée des Stones c'est celle-là, à danser à fond les camions:

 

 

Bref revenons en à ce phénomène que sont les Stones, à cette révolution, au charisme et à l'équation nanas (fan+groupies)/ drogues. Déjà t'apprend que le lover du groupe c'est pas Keith Richards qui est plutôt dépassé par la folie qu'il déclenche sur leur passage "La force de ces nanas de treize, quatorze, quinze ans lorsqu'elles sont en bande m'a toujours fait peur. Elles ont failli me tuer. Personne ne m'a fait plus craindre pour ma vie que ces adolescentes. Si tu te laissais prendre dans leur déferlement, elles t'étouffaient, te déchiraient en lambeaux... pas facile de décrire la trouille qu'elles pouvaient te flanquer."

La drogue, ben oui elle est présente on s'en doutera, d'ailleurs elle a bien failli le laisser pourrir en prison un petit bout de temps, donc pas de langue de bois à ce sujet: " Il y a d'abord eu le mandrax et l'herbe, puis l'acide à la fin 1966, puis la coke courant 1967, et enfin l'héro bien évidemment."  Donc come je te disais t'apprends que le vrai séducteur et le serial fucker dans le groupe c'est plutôt Mick Jagger, lui Keith c'est un gentleman, enfin presque en tout cas, un mec qui parle aussi de certaines nanas de sa vie dont les deux mères de ses enfants: Anita Pallenberg et Patty Hansen (son actuelle femme).   

Avec Mick Jagger ils vont connaître des différents qui seront à l'origine d'une période désertique pour le groupe: "les Stones n'ont pas effectué une seule tournée entre 1988 et 1989, et on ne s'est pas retrouvé ensemble une fois en studio de 1985 à 1989.", lors de ce passage à vide des Stones, Keith assume la formation d'un groupe: les X pensive Winos ("les soulards qui se la pètent"), qui marchera aussi correctement, mais bon après Jagger et Richards se rabibocheront malgré leurs différences et voilà quoi au bout du compte il reste que les Stones c'est les Stones quoi... (grève de l'argumentation).

 

Quand tu penses aux Stones forcément tu penses aussi aux Beatles qui plaisaient un peu plus aux grands-parents rapport à ce qu'ils avaient le cheveu plus lisse et plus brillant de santé, bien qu'on apprend dans ce bouquin, et ce sans grande surprise, qu'ils étaient aussi calés niveau vie de patachon, enfin surtout John Lennon, le grand pote de Keith Richards. Donc pas de guerre Beatles/Stones, non ce n'est même pas du tout le cas, Keith  concède que musicalement "on a chamboulé la tête et les oreilles de l'Amérique blanche. Sans vouloir dire pour autant qu'on était les seuls- sans les Beatles, personne n'aurait pu passer la porte." Voilà c'est dit.

 

Sinon pour anecdote, Keith a joué dans Pirates des Caraïbes 3 " je jouais le capitaine Teague, rien de moins que le paternel de Johnny Depp. L'idée est née quand Depp m'a demandé si j'étais d'accord pour qu'il s'inspire de moi pour son rôle. Tout ce que je lui ai appris, c'est à tourner le coin d'une rue en étant totalement soûl: tu gardes toujours le dos le plus près du mur." Franchement cette bio est aussi "instructive" (je mets quand même des guillemets) que drôle, tu as une avalanche d'histoires comiques, il y en a une que j'ai retenu entre les nombreuses que j'ai souligné dans le livre, bon tu m'excuseras mon très cher lecteur de l'ombre c'est un peu niveau scato et humour moyenne section de maternelle, mais j'ai ri quand il parle au sujet d'un jeu idiot qu'ils avaient inventé avec leur colloc à leur tout début: "son grand truc était d'arriver dans une pièce avec un gros filet de morve lui dégoulinant du nez, tout en faisant preuve d'une politesse exquise: " Bonjour, comment ça va? Voici Andrea et elle c'est Jennifer..." Nous avions trouvé des noms pour chaque type de crottes de nez qu'il était capable d'exposer, "les Green Gilberts", les "Scarlet Jenkins" et, les mieux de toutes, les "Special Yacht-Club", ces traces de glaire qui tombent du nez des gens sans qu'ils s'en aperçoivent et qui leur pendent sur le revers de la veste comme une médaille." 

 

C'est un peu difficile de conclure sur l'ambiance "mickey-sécrétions nasales" que je viens te de planter mais voilà moi cette bio elle m'a bien plu, et pourtant je ne suis pas une fan transie des Stones, j'ai juste du respect pour ces gars. Au même moment (en automne 2010) est sorti l'autobiographie de Patty Smith, "Just Kids", et à en lire les critiques qui les ont comparé, la bio de Patty Smith a reçu plus d'éloges que celle de Keith Richards, rapport à ce qu'elle serait un témoignage plus juste et à la fois poétique de cette époque.

 

On va conclusioner en musique aussi: Keith Richards a joué comme premiers accords la Malagueña qu'il tenait de son grand père Gus, qui lui ont valu l'admiration de sa mère Doris, c'est un thème qui quelque part a peut-être démarré sa vie de musicien,  "c'est toi qui jouais? j'ai cru que c'était la radio". Deux mesures de "Malagueña" et te voilà lancé dans la vie." En somme je voulais juste dire et c'est pas très important, mais moi elle m'a touché cette anecdote car Malagueña est un thème que je chante à ma fille, et qu'elle la connaît par coeur. Là je te glisse une version un poil plus mariachi-ranchera, mais bon...

 

 

  (oui je t'ai déjà parlé de ce groupe avec le super "Livre sans nom")

 

Bien à toi mon très cher lecteur de l'ombre....

 

PS: En 2006, Martin Scorcese a tourné un documentaire sur les Stones qui s'intitule "Shine a light", je crois qu'il est passé sur Arte il y a pas très longtemps mais j'en ai vu qu'un mini bout, alors je peux rien t'en dire de plus...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans Biographie et auto-biographies
commenter cet article

commentaires

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc