Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 14:16

 7450349-copie-1.jpg

Le livre a traîné chez moi pendant quelques temps. Je l'avais sauvegardé des dangers majeurs de la maison à savoir que la majorité des dangers émanent des prétentions artistiques de ma fille ou comment ruiner tout avec des crayons feutres et/ou peinture, ce livre je l'avais donc mis en hauteur, et du coup j'ai presque failli l'oublier. Pourtant la copine qui me l'a passé, me l'a soumis avec des étoiles dans les yeux en me disant que c'était "l'histoire d'amour la plus jolie du monde". Oui enfin si tu te souviens bien je suis du genre à snober la littérature dite romantique, et je ne te parle pas de la collection Harlequin les gars, mais j'ai du mal quand l'argument principal du livre est l'Amour, surtout si ça frise le côté mièvre et cliché, car moi la saint Valentin je lui vomis dans la bouche (oui image très charmante). Néanmoins je ne suis pas non plus sectaire et encore moins quand j'ai confiance dans les goûts de ma copine (qui plus est une talentueuse photographe que je t'invite à aller voir son superbe boulot par ici).

 

C'est un livre précieux, de ceux que les pages sont presque devenues ocres par le temps, tâchées ça et là de marques plus sombres, témoins que ce livre est au moins vieux presque comme le chanteur des MotorHead qui va jamais creuver je te le dis moi (si je ne me trompe pas l'édition que j'avais entre les mains date de 1938). La couverture est sobre et élégante, et je tremble comme une malade à l'idée qu'elle tombe entre les mains de ma fille, qui aurait tôt fait de lui coller de l'Hello Kitty et de te lui dessiner dedans "des manèges avec tout plein de vent" (qui est une de ces rhétoriques artistiques ultime). Disons que le bouquin j'y ai fait gaffe comme jamais, alors qu'en général dans mes livres mis à part mes gribouillis habituels, tu peux aussi y trouver des miettes de pain, des tâche de thé, et si tu cherches bien tu y trouveras certainement un demi smarties et un reste de rillettes de thon.

 

Lajos Zilahy est un auteur hongrois (1891-1974), romancier, dramaturge et scénariste, c'est un écrivain qui a connu l'exil et la clandestinité à plusieurs reprises et qui était le chef de file de la jeune littérature hongroise de l'entre deux-guerres, et dont moi j'ignorais parfaitement l'existence. Il semble être plus connu pour une trilogie qui s'articule autour d'une famille: Les Dukay. 

"Printemps Mortel" est un livre qui a été publié en 1930. Il s'agit d'un jeune homme de trente ans, qui s'enferme dans une chambre d'hôtel à Budapest et écrit une lettre à son ami d'enfance qu'il vient juste de croiser par hasard dans le hall de ce même hôtel.  On sent dès le départ qu'une tragédie gronde, que de cette belle histoire d'amour qui commence avec Edit, naîtra l'amertume, le poison et l'issue fatale. Donc il tombe raide amoureux de Edit, fille d'un puissant général, naît alors un amour intense qui va mourir avec le choix qu'Edit fera d'un autre prétendant, du coup fou de douleur il part se réfugier dans sa maison en campagne sur ces terres, et dans le train qui le conduit il rencontre une autre femme: Josza. Cette dernière ne lui fera pas le même effet que l'amour perdu, mais finalement au bout du compte il s'engage dans un CDI amoureux avec Josza, mais à l'orée du mariage avec elle, voici qu'Edit réapparaît toujours aussi  folle d'amour pour lui, enfin genre comme si c'était une télénovela sud américaine... Du coup face au choix de l'impossible, il se choisit la mort. Je suis désolée je ne lui rends pas hommage à ce livre, et certainement que je ne lui rends pas justesse non plus, car évidemment il y a certainement plus de thèmes ou d'éléments positifs à soulever, mais j'ai beaucoup d'impatience désormais avec les bouquins "je t'écris avec mon sang, que ceci est mon dernier soupir, que la vie est une garce et l'amour sa pute."

 

Du coup je ne vais pas m'étendre sur le sujet car j'ai mieux à faire comme de me repeindre les ongles de main en rouge ferrari-kangoo, mais je voulais juste dire que même si c'est superbement écrit, c'est chiant (Bernard Pivot tu peux aller te coucher).

 

J'ai quelques bouquins qu'il faut que je te cause dont un que suis en train d'adorer qui est une biographie d'Heydrich, certainement l'homme le plus dangereux du III ème Reich, "HHhH" de Laurent Binet, lauréat du Goncourt du premier Roman en 2010, lis-le c'est juste super bien. J'ai assez envie de lire des bios, même romancées en ce moment, j'en ai une de Jayne Mansfield de Simon Liberati qui me fait de l'oeil dans la rentrée littéraire, entre autres, saloperie de rentrée littéraire, c'est comme une côte de boeuf au barbecue pour moi, du vice...

 

Sinon, je sais que ma présence dernièrement laisse plus qu'à désirer, je te présente mes salutations distinguées de mes plus plates excuses, sache que vraiment je travaille pour non seulement repointer le bout du nez avec assiduité, mais avec une autre intensité, une dynamique différente, que faites Jesus Marie Joseph le charpentier que j'y arrive assez vite, car je me désespère.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans Littérature européenne
commenter cet article

commentaires

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc