Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 10:20

 very-bad-dad-2.PNG

 

Comme de pas coutume voici une nouveauté, et même pas une nouveauté relative puisqu'elle est sortie fin janvier.

 

Oui janvier 2014.

 

Toi même tu sais que j'ai une admiration incommensurable pour Guy Delisle (tu noteras que le mot "incommensurable" n'est pas facile à placer dans le quotidien de tous les jours). Guy Delisle est fort un point c'est tout. J'ai commencé à le lire par hasard quand je vivais encore à Madrid et que je traversais toute la ville pour aller dans une bibliothèque qui avait un rayon BD un poil plus ample, certes bordélique à souhait et seulement fréquenté par des mecs un peu freaky avec le cheveu gras et long, mais c'est là que j'ai déniché mon premier Guy Delisle avec "Shenzen", et depuis je l'ai pas lâché cet auteur.

 

Enfin bref, donc là si tu le veux bien, aujourd'hui je te parle de cette dernière prouesse de Guy Delisle qui fait pour de mine son very bad dad 2. Et c'est encore brillant.

 

Il s'agit du deuxième tome des aventures d'un Papa roi de la boulette et de la douve, rappele toi je t'en ai déjà parlé par ici, dans ce même billet je me faisais une réflexion au sujet de l'imprimé léopard et je mettais un NB à mon attention que passé un certain âge le léopard ça fait plus Régine que Gwen Stefani, mais là il s'agit d'une digression qui n'a absolument rien à voir avec le sujet, tu en conviendras.

 

Donc dans ce number 2, Guy Delisle en remet une couche avec ses enfants: entre raconter à son fils le soir dans un gîte isolé qu'ils sont potentiellement à la merci d'un terrible psychopathe sanguinaire, balancer vivement l'inefficacité de sa fille en terme de cache-cache, dire à son fils qu'un livre sans images "c'est souvent un peu chiant", se faire préférer car on propose à ses enfants de sécher l'école pour aller acheter une PS3 et jouer à Mario Kart toute la journée, et plein d'autres anecdotes... Bref c'est énorme et formidable. Le genre de lecture happy smile qui fait ta journée.

 

Avec mon mari, je pense qu'on est le genre de parents poules assez permissifs, on sait se convertir en héros il suffit par exemple de parler en prout (toi aussi essaie chez toi) et de s'affaler sur le canapé avec eux et des aliments qui font des miettes et qui collent en regardant des dessinzanimés, on sait passer 3 heures dans un parc à courir derrière des enfants qui ont un instinct tirant sur le kamikase/cascadeur/jackass, on sait lire des histoires TOUS les soirs et chanter des chansons et faire des calins râteaux dans le dos et ce même si ça fait 30 minutes qu'on dit "maintenant c'est fini il faut dormir"... Mais on est pas non plus des cinglés, et on a institué des WE que l'on a intitulé "Kids Suck" où là on oublie qu'on est parents, et ce sont des WE rigolos où bien souvent le dafalgan et le citrate de betadine sont de sortie (je sais que ça se dit pas comme ça mais c'est plus drôle ainsi, citrade de betadine, ahah), et bien tu vois c'est le genre de bouquin à glisser dans ton sac du WE "Kids Suck".

 

"Le guide du mauvais père -2-" est dispo genre pas cher chez Delcourt et leur collection Shampooing, voilà, voilà, sur ce je te souhaite une bonne journée, oui même s'il pleut encore et toujours et encore, et que la pluie ressemble à un disque rayé sur lequel on ne peut pas mettre pause.

 

Bien à toi.

 

D'autres lectures GuyDelisloises que je te suggère hautement, celà va de soit, einh:

 

- Le guide du mauvais père 1

- Chroniques de Jérusalem

- Chroniques Birmanes

- Pyongyang

- Shenzhen

- Comment ne rien faire

 

 

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 08:27

 

 the-return--tadadadam 20131005 091600

 

Ok, je me sens comme un mouton, et concon aussi.

 

Comme si à un quelconque moment  j'avais cédé à l'achat d'un truc avec une moustache, tu sais cette mode qui se trimballe depuis quelques années sur les tshirts, les pompes, les gens sur les photos qui se font des moustaches avec leur index ou autre, mode qui heureusement tend à disparaître (je veux dire Leclerc vient de lancer une gamme de linge de lit avec cette moustache, ça veut bien dire que c'est la fin des haricots pour la mode moustache non?) tu vois de quoi je parle non?

Bref tout ça pour te dire que malgré mon aversion du phénomène de masse (on appelle ça plus communément: une rigide-snob-chieuse), j'ai cédé à l'achat concon-mouton niveau BD, l'achat que juste parce que ce sont deux auteurs Joann Sfar et Pénélope Bagieu que j'apprécie. J'ai rien cherché à savoir de plus, ça m'a suffi, tu te dis c'est presque légitime si t'aimes bien ces deux auteurs qui ont décidé de bosser en binôme sur cette BD... oui et ben non c'est pas suffisant les gars, surtout si ces deux derniers ont décidé de s'attaquer à un registre plus... science fiction...

 

Oui pas du tout ma came, si tu me suis depuis un moment, tu sais que j'aime pas la SF, du tout, mon mari tolère ce défaut de ma part, même s'il a failli divorcer quand je lui ai dit que j'aimais pas Star Wars.

 

Bref du coup, tu comprends que j'ai acheté cette BD sans savoir de quoi il en retournait, et quand je l'ai lu, je l'ai posé j'ai regardé mon mari avec une tête de chat à qui on vient de donner un bain et j'ai dit plus ou moins "c'est comme si j'étais rentrée dans une salle de ciné pour voir "Shrek 4", et que je m'étais plantée de séance et qu'en fait s'était "Evil Dead". (non pas parce que cette BD est gore, juste parce que je me suis complètement trompée)

 

Désappointée en somme, très.

 

Mouton-concon. Je suis. 

 

PS: je nuancerai ma subjectivité en disant que si t'aimes la SF, ça peut te plaire.

 

RePS: je pourrais argumenter plus, mais c'est samedi matin, et là chez nous ça fait longtemps qu'on a de l'enfant en train de crier avec des chocos fondus dans les mains, du coup je me suis mis du "Mein Teil" de Rammstein dans les oreilles, pour ne rien entendre, mais ça ne marche pas, alors tu auras le droit à un compte rendu brut et pas détaillée.

 

Bien à toi mon très cher lecteur de l'ombre.

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 10:42

 

 

 the-return--tadadadam 20130627 230048

 

 

Voici une méthode de développement personnel à caractère informatif pour les chats de maison qui ont deux buts dans la vie: ne pas en ramer une, et s'empâter copieusement (#leschatstousperversnarcissiques). 

 

 

Michel est un chat roux ingrat, boulimique, égocentrique, malveillant un peu, calculateur et intéressé, mais aussi redoutable de mignonerie, en somme presque comme tous les chats. Dans son livre Michel recommande à tous les autres chats l'arrêt complet de la cigarette afin de produire un miaulement plaintif suffisament long et intense pour manifester sa faim. Michel suggère l'excuse d'une otite pour ignorer les reproches de son parent/maître, et d'abuser du chantage affectif. Michel est consultant pour la création d'un parc ludo-félin où il jubile à l'idée d'une attraction avec des cascades de coton-tiges. Enfin pour faire court, Michel recommande hautement d'adopter "une attitude de bourreau dès le plus jeune âge, vos victimes n'en seront que plus consentantes".

 

 

J'ai adoré cette BD, Leslie Plée a eu cette excellente idée de faire parler son chat s'il pouvait parler, einh, et c'est à mourir de rire. Oui je te recommande cette BD que tu possèdes un chat ou que tu n'en aies rien à carrer des chats, peu importe, cette BD est la garantie d'un petit moment de fous rires. Moi ce truc de faire parler les animaux j'adore, par exemple avec mon mari on se délecte à faire la voix off de notre chien beige (oui et bien nous ça nous fait rire).

 

 

Tu vas me permettre mon très cher lecteur de l'ombre d'ouvrir une page "confidence intime". J'ai eu plein d'animaux depuis mon enfance: des chiens, des moutons et même des poules que je haïssais et c'était fort réciproque, et puis aussi des chats, plein de chats, mais deux m'ont marqué en particulier: "Caline" qui était une sorte de Lassie (mais en chat, tu suis?!!) qui m'accompagnait sur une partie du chemin de l'école, que je promenais dans le panier de mon vélo, et qui était tellement chouette que quand elle est morte j'ai eu une très forte fièvre pendant trois jours tellement j'étais triste, mais Caline était un "faux chat" car elle n'a jamais piqué de croquettes et elle donnait de l'affection (alors qu'un chat habituellement est plus receveur que donneur) (je sens que je vais me mettre à dos la LDCVFAE, la ligue de la défense des chats pour la vie fowever and ever ). Oui car habituellement tous mes autres chats, si cute soient-ils, avaient un profil assez commun avec Michel, certains même genre un qui s'appelait "Shadow" était assez barrée pour attaquer un poulet qui venait de sortir du congélateur, et en dévorer une partie (congelée). Shadow aimait que tu la caresses 43 secondes, car après elle mordait sans retenue dans ta main pour te demander d'aller voir ailleurs si elle y était, par ailleurs elle aimait beaucoup te guetter telle une proie et t'attaquer par derrière le molet toutes griffes dehors, de préference au petit matin quand tu te lèves l'esprit brumeux, sinon c'était moins drôle... Shadow avait aussi une passion insoutenable pour aller faire ses grosses commissions sous mon lit, le genre de truc immonde qui accrochait bien à la moquette, par ailleurs quelle connerie d'invention la moquette... On peut donc dire que j'ai une expérience hautement empirique du félin domestiqué, de sa psychologie tortueuse et attachante. 

 

 

Bref voici une BD pour passer un chouette moment, et te rappeler la base du projet de vie du chat: ne pas en ramer une et devenir gras en mode plaquette de saindoux (oui entre autres).

 

Cette BD été éditée chez Delcourt dans une collection qui s'appelle Tapas, collection bien chouette dans laquelle tu trouves aussi "La tectonique des plaques" dont je t'ai parlé il y a peu. Dans cette même collection il y a cet album qui me fait de l'oeil:

9782756041513v   

 

Sinon je te remember d'autres bds de la talentueuse Leslie Plée (son blog par ici) dont je t'ai déjà causé:  

 

- Points noirs et sac à dos

- Moi vivant vous n'aurez jamais de pauses

- L'effet kiss pas cool

 

Bien à toi mon adorable et très cher lecteur de l'ombre. 

 

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 15:28

 

the-return--tadadadam-20130528_203808.jpg

 

Très cher lecteur de l'ombre snob et/ou poète passe ton chemin, car du "pute de bite" ou autres mots et merveilles tu vas en souper avec Margaux Motin.

 

Si toi aussi tu considères que tu n'es pas un exemple de phrasé élégant non parasité par du vilain gros mot, et donc si toi aussi tu n'es pas Stéphane Bern de la bouche, si toi aussi tu es un peu rongé par la culpabilité quand le premier mot de ta fille a été à quelque chose près"putain", cette BD est un peu pour toi.

 

Moi vraiment je me soigne, je fais un auto training de parler fleuri, surtout qu'il y a peu ma fille a rapporté à sa grand mère et donc ma mère que je disais "putain de merde" de temps à autre, et que (paradoxalement)  je lui disais qu'il ne fallait pas dire de gros mots (je te jure que je suis carrément plus inventive niveau argumentation, inventive et juste). Bref, j'ai répondu à ma mère que c'était "inexact" car je ne disais pas vraiment "putain de merde", mais "puta madre" car il faut redonner à César ce qui lui appartient, et être exact dans ses délations ( je suppose que dans mon inconscient je dois croire que c'est mieux, mais comme ma fille est bilingue c'est tout simplement du pareil au même), (j'ai raconté ça à mon mari et il m'a dit "En même temps j'ai jamais entendu quelqu'un autant dire le mot "merde", que ta maman") (il est tout chouette ce mari).

 

Bref voilà je te livre cette anecdote pour te mettre en situation avec Margaux Motin, sauf que moi à côté d'elle je suis un peu Justin Timberlake période Disney et qu'elle ce serait plus Mickey Rourke période chihuahas et échec de rehab'.

 

Donc Margaux Motin c'est pas trop l'ami Ricorée si tu veux, disons que c'est un bout de nana de 34 ans, maman de surcroît, un peu en train de se ramasser sentimentalement qui plus est après un divorce, elle est aussi assez peu portée sur le sport, mais plutôt sur le vin rouge (je comprends vraiment pas) (ahahah), elle ose certaines vérités " si on boit c'est la faute des gosses" (je déconne les gars), possède des dictons affûtés "qui pète et rote, fort bien se porte", a une phobie des guêpes (solidarité), et je terminerai en disant qu'elle a des goûts vestimentaires très monotones pour sa fille:

 

the-return--tadadadam-20130528_164527.jpg

 

Margaux Motin, a pu parfois me saouler via son blog ou ses autres BD, avec son parlé un peu trop "ouaich-scato", ce qui fait que j'ai hésité ce matin à m'acheter cette BD, mais je me suis dit "crotte j'ai envie d'un truc léger" surtout que je venais de me manger un far breton sous un parapluie (tu vois pas le rapport) (moi non plus) et que je voulais un machin light à lire, et bien m'en a pris. J'ai trouvé ça plutôt chouette, oui malgré l'avalanche de vilains gros mots, c'est une chouette BD, avec même de jolies parenthèses un peu plus "ouvrez les guillemets-poétiques-fermez les guillemets". 

Ok c'est plutôt une BD de fille.

Rho ça va.

 

PS: Truc et astuce pour toi parent qui ménage moyen son vocabulaire inapproprié en présence d'enfants: toi aussi switch du connard pour du Michel. 

Je t'explique.

En voiture, je me soigne, et je peux t'assurer qu'avant j'étais plus proche au volant de la sympathie éthylique de Sami Nacéri, et que maintenant limite je suis la Reine d'Angleterre et le Dalai Lama, oui tout ça à la fois, mais hélas l'être humain est un être imprévisible, et l'automobile est un piège d'acier qui te fera parfois jeter du "connard" (dans le meilleur des cas), ainsi, spontanément sans crier gare, et ce quand derrière moi deux paires de yeux sanglés dans des sièges auto te scrutent. Et bien moi j'ai trouvé la solution et comme je suis généreuse je te la donne. Remplace "connard" ou autre par "Michel", ainsi ton "mais c'est pas vrai, nom d'un nom, t'avance tes fesses Michel ou quoi", ça marche pour "connasse" aussi, c'est génial, regarde plutôt: "dis donc Michel, et mon cul c'est du poulet, ils sont où tes michel de clignotants, einh Michel!!!?" (chasse l'intrus).

Qu'est ce qu'on dit? On dit merci pour ce conseil hautement avisé de non contamination phonique de vilains, tout vilains mots.

 

Hell Yeah.

 

Re-PS: Les autres BD de Margaux Motin, c'est par ici.

2012-05-11 12.42.46

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 09:55

 

 

 

  Snapshot 20130408 6

 

La dernière fois avec mon mari, on est parvenu à une conclusion qui découlait de Jack Nicholson et plus particulièrement de "Vol au dessus d'un nid de coucou": on s'est dit c'est le genre de film que tout le monde dit qui l'a vu, mais en fait pas du tout.

On s'est également dit que c'est la même chose avec plein de bouquins genre "L'écume des jours", "A la recherche du temps perdu", ou "Belle du seigneur", on n'a (presque) que des imposteurs derrière ses soit disant lecteurs, mais bon je veux dire que le snobisme fait parfois enorgueillir le cv culturel (quand au bout du compte on attend avec impatience la sortie des Marseillais à Cancun, en mode springbreakers). Bref, je voulais en venir au fait que si je ne m'abuse en ce qui concerne "Gatsby le magnifique" soit j'ai un peu exagéré et lu en travers ce bouquin (en première littéraire t'étais personne si t'avais pas lu ce bouquin), soit vraiment ma mémoire ressemble à un gruyère avec des trous noirs en mode alzheimer car en me replongeant dans cette BD qui si elle est une interprétation contemporaine de Gatsby, n'en reste pas moins une vision calquée sur le livre, et bien euh je ne me rappelais pas de grand chose, le bordel, le doute, le cerveau en friche.

A moins que tu aies de la conjonctivite en tsunami dans les yeux, ça ne t'aura pas échappé qu'on est en plein Gatsby mania, la faute à Baz Lhurmann et Leonardo DiCaprio, que soit dit en passant je veux voir beaucoup, beaucoup, mais en fait je dit ça juste parce que c'est la BD qui tombe à point nommé niveau actualité culturelle, enfin je trouve quoi.

 

Bon tu dois te dire alors tu nous en causes ou quoi de cette BD ? eh che va piano, va piano comme dirait peut-être Eros Ramazotti, et du coup voilà je te dis maintenant ce que j'en pense, là tout de suite.

J'ai adoré le dessin, les couleurs, en mode un peu aquarelle léchée, visuellement je le trouve complètement irréprochable, je dirais même que c'est tout à fait ce qui m'a séduit, par contre j'ai beaucoup moins été convaincue par le contenu, j'ai trouvé ça un peu sec et plat, pas comme le souvenir (ou pas) que j'avais de ce bouquin.

Alors voilà c'est peut-être parce que j'avais une estime hautement plus énergique et sympathique de ce bouquin, et qu'il y a eu un décalage entre mon attente et la lecture que j'en ai faite.

Mais bon peut-être aussi que je ne l'avais pas vraiment lu ce bouquin, car à l'époque où je lisais (ou prétendais lire) ce genre de classique, je lisais aussi du Mary Higgins Clarck, tu vois le niveau (je suis un être tissé de dualité et de paradoxes), donc du coup ben je sais pas trop quoi te dire de plus, sinon que j'essaierai de le relire pour de vrai car je sais que je l'ai là quelque part dans ma bibliothèque.

Peut-être aussi que c'est juste ma mémoire qui me fait défaut, et ça aussi c'est tout à fait possible.

Nous voilà bien avancé.

Bref, j'ai sinon d'autres BD à te causer, et force est d'admettre que je n'y mets pas beaucoup de dextérité à t'en toucher un mot, car j'ai pas vraiment de gros coups de coeur. Ça donne envie einh.

Allez c'est tout.

Voilà, voilà.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 08:48

 

 

  the-return--tadadadam-20130408_101623.jpg

 

 

Il y a quelques jours dans mon break familial qui sent le chien mouillé et le BN à la framboise j'entends à la radio que tu peux aller chez ton libraire et que celui-ci te remettra gratuitement une BD de ton choix parmi la liste des BD proposées. Ce sont les 48 heures de la BD (5/6 avril), avec les éditions Bamboo, Casterman, Dargaud, Dupuis, Fluide Glacial, Grand Angle, Jungle et Le Lombard, dont le parrain de l'événement n'est autre que le dessinateur JUL.

 

Je voulais m'acheter une BD et donc je me suis dit ça tombe bien, comme ça je vais m'en faire offrir une autre (je suis une redoutable femme d'affaire)(...). Je vais donc chez une excellente librairie spécialisée dans la BD Critic, où y'a un choix qui à chaque fois me donne des petites décharges électriques dans les yeux, (c'est aussi une librairie qui fait dans le roman SF/ Fantastique, pas du tout pas ma came, et le polar où là si je suis cliente). Bref j'achète ce qui me fait saliver depuis quelques semaines, çà:

 

 

    Snapshot_20130408_6.jpg

 

 

 

Et puis j'ai le choix entre 2 BD offertes qui me donnent bof envie, mais je veux dire quand même, vu que je dois pas la payer j'en choisi une, celle là: 

 

 Snapshot 20130408 4

 

 

Je ne suis pas convaincue des choix proposés, je ne voudrais pas faire ma sale râleuse, mais je trouve que le choix tire un peu sur le nanard de période de soldes (sauf le Pascal Brutal de Riad Sattouf que je connais bien, et un autre qui n'était pas dispo), je suis un peu désappointée te dis-je mon très cher lecteur de l'ombre. J'applaudis très fort avec mes 2 mains l'initiative c'est génial, de plus toutes les initiatives qui vont dans l'intérêt de renforcer le lien avec ton libraire sont toujours belles, mais je crois que réellement si c'est juste un problème de gratuité qui justifie des choix qui moi ne me semblent pas super judicieux en tout cas pour séduire un potentiel client à la BD, on pourrait peut-être penser les choses différemment. Pourquoi pas faire 2 jours de la BD avec des prix ponctuellement très attractifs, comme ça on pourrait peut-être vraiment appâter du client, enfin je lance ça en l'air sans y penser très sérieusement, mais je pense que cette belle initiative est perfectible.

Moi je te l'ai déjà dit quand j'étais gosse j'étais une grosse cliente BD, puis avec le temps j'avais délaissé ce format (sauf Quino, Mafalda et Quino forever♥)  et puis j'y suis revenue à la BD et là c'est le bordel car ça ressemble à une sorte d'addiction, j'adore la BD beaucoup, beaucoup.

 

Je te montre les autres BD que j'ai sous le coude et dont je veux te parler:

 

Ça je l'ai acheté il y a quelques mois et en gros ça retrace un peu l'histoire Espagnol du siècle dernier, et son cortège de drames. Oui c'est pas la fête à la maison ce truc, mais c'est bien.

 

 Snapshot_20130408_3.jpg

 

 

 

 

 Ça je l'ai acheté il y a 2 semaines juste parce que j'aimais la couverture (argument absolument bidon tu en conviens).

 

 Snapshot 20130408 5

 

 

 

 

On vient de me la prêter, donc pas encore commencé, mais elle me fait bien envie.

 

 Snapshot 20130408 1

 

 

 

 

Ça je l'ai emprunté à la bibliothèque hier, et je suis bien contente d'avoir mis la main dessus car je voulais la lire depuis longtemps.

 

 Snapshot_20130408.jpg

 

 

 

Bon bref je ne faisais que passer te tenir au courant d'un événement qui est déjà passé (et oui donc ça ne sert pas à grand chose que je te tienne au courant, c'est certain) et t'inciter aussi à lire de la BD que tu achèteras toujours chez ton librairie, einh, sinon tu brûleras en enfer à écouter le best of de Christophe Maé en boucle.

 

Je te rappelle mes 3 derniers coups de coeurs- infarctus BD:

 

-  Julia Wertz, Whiskey & New York.

- Chroniques de Jérusalem, Guy Deslile.

-  A boire et à manger, Guillaume Long. 

 

Bien à toi.      

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 11:22

Le mercredi matin pendant que ma fille s'exerce à la "salle des galipettes" (entends par là cours de gymnastique), j'erre dans un centre commercial proche de son cours. Je déteste les centres commerciaux, vraiment, mais les mercredi matin ont la désagréable habitude d'être pluvieux, ben oui je vis pas du tout à Avignon, et force est d'admettre que le bon sens m'appelle vers le confort au moins sec du centre commercial où mon fils et moi traînons nos guêtres pendant 1 heure 1/4. J'y prends un café. Je n'aime pas le café. Mais mes nuits toujours trop courtes ne me laissent pas d'autre option. J'ai toujours les mêmes voisins au café, deux petits vieux qui font des efforts pour ne pas avoir l'air vieux et y'en a même un qui s'épile les sourcils, pas non plus en mode Priscilla folle du désert, mais la forme de ses sourcils lui donne un drôle d'air drôle. En face de moi il y a très souvent une vieille dame très élégante qui force un peu sur le léopard, mais c'est pas moi qui vais lui jeter la pierre, même si du coup je me suis fait la réflexion que quand même il y a un âge où le léopard vieillit mal et que globalement il devient peu flatteur, disons que du coup ça fait plus "Régine" que "Gwen Stefani", si je ne m'abuse. Bref... Puis je déambule entre le monoprix où à chaque fois je me pince pour ne pas m'acheter un énième vernis à ongle, et également entre la fnac, où je n'achète en général rien car j'ai un fond de militante un peu médiocre mais qui quand même met un point d'honneur à acheter ses livres chez le libraire. Bon et bien des fois cette militante va se faire voir, cède et achète un bouquin à la Fnac. Et le mercredi d'il y a quelques 2 semaines, vlà ti pas que je tombe sur çà:

the-return--tadadadam-20130130_153206.jpg 

 

Tu connais mon admiration inébranlable pour Guy Delisle dont je t'avais parlé dernièrement avec "Chroniques de Jérusalem". Je n'avais absolument pas connaissance de ce mini album tout frais sorti, et tu vois moi Guy Delisle j'achète les yeux fermés. Et bien m'en a pris, une fois de plus, c'est absolument hilarant et divin! Il se lâche et balance des boulettes de père, des grosses et des mini boulettes, des trucs un peu poussés parfois (le coup de la tronçonneuse est mythique pour qui lira cette BD), et c'est la BD la plus franchement drôle que j'ai lu de ce gars. Je t'en conjure (c'est pas facile à placer comme mot "conjurer): achète cette BD! 

Ami parent, ami pas parent, ami pas parent qui s'est ligaturée les trompes pour ne pas avoir d'enfant, ami du rire et la légèreté, ami chouette ami, ce bouquin est pour toi, c'est le petit cadeau qui fait plaisir et qui décroche forcement des éclats de rire et ce même si t'as le sens de l'humour d'une stèle tombale. Moi mon dernier acte de mauvaise mère a été de manger le dernier kinder de ma fille, planquée derrière la porte du frigo j'ai toussé pour masquer le bruit du papier de kinder qui se froisse, mais ma fille elle a un radar pour ça, elle a rappliqué avec "tu fais quoi tu manges MON kinder" et moi "pas du tout" et de lui faire croire qu'elle l'avait déjà mangé, mais elle m'a grillé d'un "non, ta bouche elle sent le kinder", et j'ai dit "pas du tout, ma bouche sent le chocolat vache" ("Milka" pour les non-érudits), enfin tu vois ça va pas chercher très loin mon capital de mauvaise mère, même si j'ai du dossier genre un des premiers mots de ma fille a quand même été "Putain", et j'en assume l'entière responsabilité. Depuis je me soigne, je dirai pas que je parle classieux comme la Reine d'Angleterre mais je m'autocensure, bien qu'il faudra admettre que ce fameux "putain" est bien difficile à déloger de mon débit vocal. Le bougre.  

 

Bref... En tout cas cette BD est un petit format chez Delcourt dans la collection Shampooing, ça coûte moins de 10 euros, et c'est un investissement pour le good mood comme tu l'as bien compris car il me semble avoir été suffisamment assez éloquente à ce sujet. Et ouais. 

 

Sinon je te colle la carte de voeux que Guy Delisle a réalisé pour Delcourt cette année, ça te met dans l'ambiance de la BD:

delcourt-voeux-2012-785x399.jpg

 

PS: Guy Delisle FOWEVER. 

 

RePS: Mes autres lectures Guydelisloises:

- Chroniques de Jérusalem

- Shenzen 

- Chroniques Birmanes

- Comment ne rien faire

- Pyongyang

 

 

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 16:13

 

2012-11-14-13.17.59.jpg

 

Bien le bonjour mon très cher lecteur de l'ombre!  

 

Il m'en faut parfois très peu pour me convaincre d'acheter un bouquin, parfois si peu que s'en est désolant. Heureusement souvent comme ici ça s'avère du peu qui fut judicieux. Là j'ai été convaincue juste parce que j'ai ouvert une page et que le chat de l'auteur était casse cojones matinalement et miaulait des "Grouille, allez Grouille" à son maître enveloppé encore d'un sommeil délicieux vaincu par un affamé de chat, en bref j'ai ricané et du coup j'ai acheté. Oui il m'en faut peu je te dis.  Bon ok j'avais déjà entendu causer de l'auteur et de son blog qui faisait même parti de mes favoris dans mon ordi, mais voilà vu que j'ai une liste de favoris longue comme les amants de Lindsey Lohan, du coup je l'avais un peu relégué aux oubliettes, enfin bien m'en a pris de mettre la main sur cette BD. J'ai adoré.

Donc il s'agit du deuxième tome d'extraits (Gallimard) du blog de Guillaume Long, auteur du blog "A boire et à manger", ABAM pour les intimes, pour lequel il est rémunéré par Lemonde.fr, genre ben oui un peu la classe à Dallas quand même. Un blog avec l'impératif de toujours parler de boisson et/ou de nourriture, dans l'idée de transmettre que "Manger, c'est bien" et (bonne nouvelle) "Tout le monde peut se faire à manger"*.

Mis à part tenir ce blog de gourmet rigolo, Guillaume Long est auteur de BD et illustrateur depuis 2003 pour la jeunesse et la vieillesse (propos de l'auteur) et il a écrit entre autres: "Comme un poisson dans l'huile", "Les sardines sont cuites", "Anatomie de l'éponge", "La cellule", et etc... 

 

Sache le mon très cher lecteur de l'ombre, si tu lis cette BD, tu auras la dalle, oui et ce même si tu viens de sortir de table après une soirée raclette-tiramisu-beaucoup de vin. T'auras quand même la dalle. Mis à part que ce soit une BD qui te fasse saliver comme un dog allemand devant un barbecue, c'est aussi et surtout une BD de recettes et de tips avec humour et déconnade savamment pensés par le Huggy les bons tuyaux de "la panse heureuse" qu'est ce Guillaume Long.

En bref des thèmes chers à mon coeur d'épicurienne, je veux dire si y'a quelqu'un qui ne mange pas avec le dos de sa fourchette c'est bien moi, et sache que la furie avec laquelle s'acharnait Jack l'éventreur sur ses victimes n'est rien en comparaison de l'humeur nauséabonde qui me submerge quand j'ai faim, du coup j'essaie de n'avoir jamais faim, c'est mieux pour ne pas titiller mes penchants massacratiques d'hypoglycémique.

 

Voici donc une BD où tu apprendras à faire des spaguetti Carbo sans crème fraîche malheureux et misérable et piètre cuisinier, ou comment réaliser un tartare de saumon et sa salade de radis noir à tout déboîter, de plus tu apprendras ce qu'est la puxisardinophilie et peut-être que tu pourras épater tes amis en sortant ce mot comme ça d'un air faussement négligé. 

Sinon je mets au défi Guillaume long à son concours de "Celui qui mange le plus d'huîtres qui gagne" ou la "Oyster Death Party", je veux dire il est né à Genève et moi dans un bled Breton où la mer était tellement proche que les galets de la plage se ramenaient dans mon jardin, vindiou, c'est pas du sang qui court dans mes veines mais de l'iode, alors quand même je veux dire je peux te manger le bassin d'Arcachon  de Cancale d'huîtres les mains dans les poches. Bref à bon entendeur. 

 

En somme pour moi un petit coup de coeur cette BD de cet auteur talentueux, gourmand et drôle qui dit avoir été plutôt influencé par des auteurs de son enfance tel que Quino ( le père de Mafalda ♥), et si le père Nôvël en toi était peu emprunt à beaucoup d'inspiration, voici une BD à mettre dans ta hotte Santa Claus. Et ouais. 

 

PS: Si tu as faim, je te conseille de ne pas bouinasser comme moi sur le compte twitter de l'auteur, y'a pleins de photos (entre autres) de mets délicieux qui donnent des crampes d'estomac de miam miam.

   
*Source: http://www.festival-blogs-bd.com/2011/09/guillaume-long.html#ixzz2E4ynoTRh  

 

RePS: Sinon si tu es intéressé plus spécialement spécifiquement parlant par les BD (ce qui veux dire que tu es une belle personne) et bien tu peux aller jeter un petit coup d'oeil à ce blog où j'officie aussi en tant que loutre masquée. 

 

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:41

 

Snapshot_20121111_4.jpg

(j'espère que t'as fait LV2 Lecture en verlan)

 

Je t'écris à la lumière des bougies, c'est beau, c'est apaisant, ça fait aussi un peu film érotique des années 70, enfin vraiment que les bougies... Le sèche linge fait son boulot de sèche linge en grinçant un peu du tambour, plus loin ronronne la machine à laver qui se charge des vêtements tâchés de vomis, de compote industrielle, de kinder, de pâte à modeler, et puis... pas d'autres bruits, rien, le silence. Un calme bien relatif en terme de durée, car la petite famille est juste partie faire des courses, et l'averse menace, mais je saisis ces quelques minutes de répit pour te causer enfin d'une BD. Le silence est devenu pour moi une denrée dont la date de péremption est immédiate, une denrée que je sais apprécier, savourer, je n'avais jamais autant donné d'importance au silence, mais je dois dire qu'il est devenu mon pote, et ce même s'il ne vient pas souvent me visiter.  Alors ces bougies, c'est pour toi mon pote le silence, sois le bienvenu.

 

Guy Delisle et moi, maintenant c'est une longue histoire.  Je l'ai découvert avec Shenzen (hop par ici), où il partait à la fin des années 90 superviser un studio de dessin animé dans une Chine qui n'avait pas encore le visage qu'elle a maintenant. Puis son travail l'envoie à nouveau vers une destination aux antipodes de Punta Cana, Pyongyang (et hop par là), enfin il poursuit ses "carnets de voyage" avec "Chroniques Birmanes" (c'est ici) autre destination qui déboite de totalitarisme où là il accompagne sa femme qui bosse comme médecin chez MSF.

Dans cette BD le revoilà désormais avec ses deux enfants à Jérusalem, où la mission de sa femme se concentre principalement à Gaza, et donc le voici spectateur de l'improbable processus de paix entre Israël et Palestine. 

Guy Delisle va tout crayonner: le mur de séparation, les check points, les colons, les expulsions, les embouteillages, la cohabitation, l'incommunication,  les communautés religieuses et leurs paradoxes, Ramallah, Gaza, Hébron, les oliviers, l'association Breaking the Silence, les autres ONG, les ultra orthodoxes, les samaritains, l'opération Plomb Durci qui se soldera par ce résultat:

 

2012-11-10-18.52.26.jpg

 

Comme à son habitude, Guy Delisle excelle dans sa manière très habile de démontrer avec un humour subtile l'absurdité, la cruauté, la complexité, le paradoxe, le surréalisme de beaucoup d'aspects du conflit israelo-palestinien, et ce avec beaucoup d'impartialité. C'est à la fois drôle et tragique, amer et bienveillant, et je crois que cette BD est franchement très instructive pour qui méconnaît réellement la problématique, c'est à dire je pense à peu près tout le monde, (on opine beaucoup, mais pas toujours avec du fond, si je ne m'abuse), et cette BD de 334 pages permet de donner des faisceaux de réalité (oui c'est un peu pourri le terme "faisceaux de réalité", j'assume). 

Cet album a gagné le prix du meilleur album au festival de BD d'Angoulême, et je veux dire c'est plus que amplement mérité.  

 

Je t'invite vraiment à lire les posts que j'avais fait sur cet auteur, car Guy Delisle le vaut bien:

*Shenzen

*PyongYang  

*Chroniques Birmanes 

 

J'ai aussi lu "Comment ne rien faire", malgré son titre fort appétissant, j'ai quand même préféré les 4 autres.

 

Et le fin mot de l'histoire je le réserve à Guy Delisle:

 

  2012-11-10-18.48.34.jpg

 

Bien à toi my dear lecteur de l'ombre. 

 

PS: j'ai coincé ma fille devant le film le plus abruti de l'histoire de Disney "Les chihuahuas à Beverly Hills", film qu'ELLE a choisi à mon grand désespoir (Paris Hilton rules), je lui ai aussi gavé ses petites mains de bonbons, et c'est ainsi que votre humble serviteuse a pu terminer ce billet (=border mère indigne). Je crois que j'ai commis une erreur fatale, elle adore ce film... Moi quand j'étais petite j'aimais bien les films avec des bergers allemands malins, voir avec des Saint Bernard patauds, mais ma fille aime les chiens manucurés qui répondent au prénom de Chloé. Sniff.

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 11:53

 

Muy buenas tardes mon très cher lecteur de l'ombre,

 

Voici mon meilleur investissement BD 2012 (pour l'instant):

 

  IMG_20120522_143956.jpg

 

Il s'agit de Julia, une toute petite trentaine, native de San Francisco et qui s'en va se chercher un autre destin à New York. On pourrait être dans une trame gnangnan à la Coyotte Girls (que l'on me brûle vivante de cet aveu d'impuissance, il fut un temps, lointain fort heureusement, où j'adorais ce film, shame on me à fond les gars), (tiens au passage je te colle du son bien collant comme le miel qui va te squatter le tympan toute la fin de journée) , mais je te rassure c'est pas le cas, et donc au point mort de sa vie, Julia a envie de changement et déménage tout en sachant pertinemment qu'elle va se ramasser. 

Julia c'est l'anti Carrie Bradshaw, elle a une coupe de cheveux de playmobil et préfère les pyjamas mous aux vêtements de fille, elle son truc c'est de se prendre des cuites au ciné (d'ailleurs c'est le nom de la BD en VO "Drinking at movies"), et insiste que "rater sa vie, c'est épuisant, merde!". Auteur de la BD "The fart party" (la fête du pêt plus ou moins, j'adore!), elle essaie de bosser vaguement à son deuxième tome, mais bouinasse et doit se coltiner pleins de boulots d'appoints pour survivre, chemin faisant, cahin caha avec son fardeau de problèmes familiaux et son souci de faiblesse pour le bourbon, la considération de ces déboires l'amène à songer (entre autres) que celui qui inventera l'éthylotest antidémarrage d'ordinateur va faire fortune.

C'est aussi un livre avec de nombreux apartés politiques on est dans la campagne présidentielle et puis juste après l'élection d'Obama, du coup elle se fait plaisir avec les Dick Cheney ("aperçu pour la dernière fois en train de violer des chatons et d'assasiner des bébés"), Sarah Palin and Co, et elle admet qu'avant le 11/09 "en tant qu'adolescents blancs des classes moyennes, nous avions profité d'une sorte de néant politique sous l'administration Clinton. Nous pensions que les affaires se limitaient à la consommation de drogue et aux fellations."

C'est également bourré de références ciné, séries, bouquins, musique, c'est hilarant, talentueux, acide, et encore talentueux.

 

Je te conseille il va de soit de lire absolument cette BD , tu l'auras compris, c'est une claque d'autodérision mettant en abîme des instants de vie oscillant entre le foireux et le looseux, des instants de vie qu'on a tous vécu à un moment ou autre, en somme. C'est la BD la plus drôle que j'ai jamais lu de ma vie, et du coup si toi tu ne l'aimes pas c'est de deux choses l'une: soit mon humour est pourri, soit le tien. 

 

Bon le truc c'est que Julia Wertz n'a que cette BD de traduit en français (chez Altercomics), alors qu'elle en a fait trois autres dont une qu'elle vient de sortir "The Infinite Wait and other stories", et puis je suppose que ça doit être une sinistre blague mais en cherchant sur Amazon j'ai trouvé le "Fart Party" d'occasion à 127,83€, et ouais, si c'est pas une blague, c'est certainement une blague si je ne m'abuse. 

 

"Au coucher du soleil, je gisais comme un étron à m'apitoyer sur moi-même" 

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans BD
commenter cet article

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc