Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 09:57

 

 

Voici un roman initiatique, ou roman d'apprentissage, entends par là et si on en croit la définition de Wikipédia "un roman qui a pour thème le cheminement évolutif d'un héros". Si tu es comme moi un brin tant soit peu Steven Seagal dans l'âme, littérairement parlant, c'est à dire que les romans initiatiques à la sauce Paulo Coelho ou autre te les brisent en 4, et bien sache que malgré tout ce roman est pour toi. Pourquoi ? tu me demandes en te grattant l'entrejambe et en rotant ta bière tiède, et bien parce que ce roman est très, très chouette et très drôle, et émouvant, et drôle et acide et drôle. Tu me regardes un poil dubitatif, ton sourcil droit en accent circonflexe insinuant la pauvreté de mon argumentation, et bien laisse moi t'en dire un peu plus...

 

Résumé:

Suzanne Rabin "n'est pas de la famille de", entends par là qu'elle n'a rien à voir avec l'ancien premier ministre Israëlien même si sa mère use de son homonymie pour griller les autres aux spectacles. Suzanne Rabin est un petit être de femme trentenaire qui vit avec sa maman dans la banlieue de Tel-Aviv. Prisonnière d'un spleen qui ne la quitte plus et qu'elle ne s'explique pas, elle pleure souvent, mange comme un rossignol, et n'a pas grand espoir dans la vie si ce n'est que cette dernière coule doucement et la heurte le moins possible. Talentueuse dessinatrice, elle laisse sommeiller ses capacités autant artistiques qu'humaines, en se contentant d'être "quelqu'un de très petit",  mais un cousin éloigné "des Amériques" va venir perturber cette paix relative. "L'invité" qui répond aussi au nom de Naor va être le détonateur et Suzanne va commencer à sentir la vie s'agiter en elle avec ses drames, ses doutes, ses souffrances, mais aussi son salut...

 

 Alona-Kimhi.jpg

 

L'auteur, Alona Kimhi, est née en Ukraine en 1966 et à l'âge de 7 ans elle déménage en Israël. Elle va débuter sa carrière artistique comme comédienne, mais en 1996 elle décide de se consacrer à l'écriture et son premier recueil de nouvelles "Moi, Anastasia" est un succès international (publié enfin en France en 2008), suivent  "Suzanne la pleureuse" en 2001 et enfin le dernier "Lily la tigresse" 2006, tous chez Gallimard. C'est aussi une personnalité très engagée politiquement, elle milite pour la gauche et vomit sur le Likoud la droite nationaliste et conservatrice qui aspire à une grande Israël comprenant la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

Israël est un thème casse-gueule, en parler c'est comme de marcher sur des oeufs avec des moon- boots en poil de yak, mais qui mieux pour l'évoquer qu'une Israëlienne qui pense que "La communauté Internationale devrait davantage porter secours à la société Palestinienne, en proie à une grande pauvreté, au chômage et au désespoir. C'est en aidant ces gens-là, en apaisant leur frustration qu'indirectement on contribuerait à favoriser la paix au Proche-Orient." (Figaro,octobre 2007)

 

Elle a une liberté de ton en ce qui concerne la réalité complexe d'Israël et le conflit Israëlo-Palestinien que je trouve courageuse. Je n'aime pas la langue de bois, et définitivement l'hypocrisie est à des années lumière de ses personnages (et d'elle), elle casse les clichés, donne la voix à toutes les opinions politiques qui divisent l'Israël et la question cruciale de la paix.

 

C'est une lectrice de l'ombre qui m'avait recommandé il y a quelque temps ce bouquin (merci Céline), en me soumettant qu'elle avait l'intuition que l'auteur Alona Kimhi allait me plaire, et bien elle ne s'est pas trompée, et c'est tout l'intérêt de l'interactivité d'un blog de lecture, de partager ses coups de coeur (ou coups de gueules aussi). Du coup je ne vais pas attendre 2017 comme prévu pour créer ma page facebook, car j'aurai presque 40 ans et je serai certainement occupée à faire du pilates à mort pour remonter les fesses et à m'injecter du botox entre les sourcils. Le but de cette page est d'avoir un peu plus d'échanges littéraires bilatéraux mon très cher lecteur de l'ombre. (note perso à ce sujet, j'ai seulement 14.28% de mes amis sur FB qui aiment ma page du blog, ce qui fait que j'ai seulement 14,28% de mes amis FB qui ont bon goût).

 

Dans un entretien avec Alona Kimhi, le Figaro en mars 2008  lui pose la question de comment s'en sortir en tant qu'écrivain ? ce à quoi elle répond: du « Talent, talent, talent. »  avec "dans sa voix rauque, la certitude d'en être comblée". Même si on vu plus humble comme réponse, je confirme qu'elle en est comblée.  

 

Bien à toi mon très cher lecteur de l'ombre.

 

Repost 0
Published by Solenn ou Amber et des fois Josiane - dans Littérature Proche-Orient
commenter cet article

Je Me Présente

  • Solenn ou Amber et des fois Josiane
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.
  • J'aime les huîtres. J'ai cabossé ma voiture à cause d'une sotte histoire de gloss. Un jour j'ai été mordue par un berger allemand. Sinon ceci est un blog de livres.

Instagram, pic et pic et...

Instagram

Recherche

Lectures du moment

          

 

           

                the-return--tadadadam-20131018_112147.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Si tu veux me dire un truc